Page d'archive 13

L’idéologie du métissage vue par un Maghrébin …

http://www.dailymotion.com/video/x9guzo


Pour une écologie identitaire : en finir avec l’écologie-bisounours

« La vraie écologie est identitaire ! »

Image de prévisualisation YouTube

- Par Julien LANGELLA -

ecologie.jpg


 

Pas une journée, vautré dans son canapé face à sa télévision, sans que le français moyen ne soit assiégé par des spots publicitaires l’invitant à couper le robinet pendant qu’il se brosse les dents ou à utiliser des ampoules basse tension. Le tout sur fond de Christophe Maé avec un simili-reportage sur les enfants de Patagonie ou, quand les auteurs de la micro-émission se donnent la peine de se tourner vers la France, sur la maison de Patrice et Chantal, équipée de panneaux solaires performants. Et toujours le même sourire béat de la présentatrice qui nous explique de manière rassurante qu’il est « facile et économe » d’aider la planète. Voila le projet écologique français, voire occidental, de ce début de siècle : l’écologie-bisounours. Les problèmes de biodiversité et l’enjeu plus général de la protection de la nature sont solidement empaquetés dans un emballage rose-bonbon, traités comme des sujets à part, entre l’actualité de l’OM et du PSG, comme déconnectés de la sphère politique, comme s’il s’agissait d’un bête enjeu humanitaire censé rencontrer l’approbation générale des citoyens et de la classe politique, par-delà les clivages partisans. Ainsi, on se donne bonne conscience à bas coût en fermant les robinets : on a « aidé » la planète. Mais pas une seule fois, dans ces invitations constantes à la prudence écologique, on entend les mots « terroir », « campagne », « urbanisation », « capitalisme », etc. Pourtant, la problématique écologiste est politique, économique, culturelle ; en un mot : civilisationnelle. Et une attitude écologiste cohérente rencontre nécessairement des résistances et des oppositions virulentes de la part des puissances d’argent !

Si l’on se donne la peine d’être écologiste jusqu’au bout, on prend rapidement conscience que la protection de nos campagnes et de la ruralité (artères pulmonaires de notre identité nationale) va à l’encontre de la logique internationaliste (« sans-frontièriste ») qui sous-tend la course au profit capitaliste. Comment concilier l’amour de nos campagnes, de la « vie lente », des traditions ancestrales et des produits « sains » avec la fuite en avant d’un capitalisme financiarisé déconnecté de l’économie réelle, donc de la terre dans tout ce qu’elle a de plus noble, et qui assassine nos petites entreprises déjà assommées par un fiscalisme tyrannique ? Comment concilier ce même amour de nos campagnes et d’une alimentation biologique et authentique avec l’urbanisation galopante et le libre développement des grandes surfaces ?
On le voit bien : ce ne sont pas deux ou trois conseils écolos, sponsorisés par quelque multinationale qui veut redorer son blason, qui vont sauver « la Terre ». Tout d’abord, il faut savoir de quelle terre on parle. Et cela pose évidemment la question du régionalisme et de la reconquête de notre environnement immédiat, c’est-à-dire du local : on ne sauvera pas la planète de manière centralisée et avec une approche globalisante, il faut d’abord réenraciner les populations (au moyen de la relocalisation de l’économie par exemple) dans leurs patries charnelles pour redévelopper l’amour du terroir dans l’esprit des populations. Car c’est cela l’écologie réelle (opposée à l’écologie légale, officielle, d’Etat) : la défense farouche de l’intégrité biologique, végétale, géographique et esthétique de nos campagnes (semblable à la défense de notre identité), contre les bo-bos parisiens (et hollandais, anglais, etc.) qui rêvent de leur résidence secondaire « dans le sud » et qui, sans le savoir, font exploser le prix du foncier en province. Phénomène qui a pour conséquence effroyable de priver les locaux des moyens d’acheter sur leur propre terre, d’où l’exil qui leur est imposé dès lors qu’ils ont une once d’ambition de vie saine pour leur famille.

C’est le nœud du problème : être vraiment écologiste, c’est lutter contre le nomadisme et favoriser l’autonomie des régions. Et cela passe par une volonté politique forte qui adopterait les mesures contraignantes adaptées (quotas de nouveaux arrivants, loi littoral pour les campagnes, etc.) Sans cette volonté politique-là, on verra le terrorisme réémerger comme en pays Basque début 2009 où une agence immobilière a été la cible d’une attaque en même temps qu’on découvrait des inscriptions telles que « le pays basque n’est pas à vendre ». Et on ne parle même pas du FLNC en Corse… Cela est malheureux à dire mais, sans même le vouloir, le FLNC est devenu le premier parti écolo de France ! Tout cela parce que l’Etat a démissionné devant les puissances d’argent, et tout particulièrement depuis que la bande du Fouquet’s gouverne la France. Et quand l’Etat démissionne, la colère populaire ne tarde pas à se faire entendre.

La vraie écologie est conservatrice, identitaire, traditionnelle et protectionniste. En somme, penser l’écologie jusqu’au bout, c’est aussi être pleinement identitaire : protéger notre identité des impérialismes culturels venus de l’étranger implique la défense de nos campagnes et de la ruralité. Autrement dit : ethno-diversité, bio-diversité, même combat !


La Franc-Maçonnerie ne soutient pas l’immigration de masse …

La preuve !

 

La Franc-Maçonnerie ne soutient pas l'immigration de masse ... dans Infos 1122706

Lectures conseillées au RESF …

Suite à notre rencontre impromptue et nos débats aussi vifs que stériles avec un groupe de militants du RESF 63, nous publions quelques liens que le RESF ferait bien de visiter. Nous avions en effet évoqué au cours de cet échange les cas d’Emile Bomba et d’Omar Ba.

Emile Bomba est le président-fondateur de l’Association de lutte contre l’émigration clandestine (ALCEC), créée en 2003 au Cameroun. Ayant une formation en gestion à l’université de Yaoundé, il fait de nombreuses conférences en France et en Belgique, sur le thème de l’immigration africaine et sur les moyens de remédier à la déstabilisation des pays du Nord et du Sud, partant du principe que « l’Afrique a besoin des bras et de l’intelligence de tous ses fils » et qu’« il faut redonner envie aux jeunes Camerounais de vivre dans leur pays ».

Omar Ba est l’auteur du livre « Je suis venu, j’ai vu, je n’y crois plus » (Ed. Max Milo). Après un périple de trois ans, il a fini par atteindre la France. Toutes ses illusions s’effondrent. Il ne trouvera rien des fausses images d’abondance qui circulent en Afrique. À 29 ans, l’auteur, étudiant en sociologie et travaillant dans une ONG, conseille aux jeunes de son continent d’origine : « Si vous croyez que l’Europe est la solution à vos problèmes, ne venez pas ! Rêvez plutôt d’Afrique ! »

Emile Bomba et Omar Ba font partie d’une génération d’Africains francophones de la seconde génération après la Décolonisation et qui cherchent a refonder une identité africaine et une autonomie centrées sur ses valeurs traditionnelles, (a l’inverse du point de vue habituel pour qui tout développement africain devait nécessairement être orchestré par l’Occident), l’autonomie exigeant notamment de freiner l’hémorragie des élites africaines, et des jeunes des classes moyennes instruites.

emilebomba.jpg

 

(Emile Bomba aux côtés du leader du Vlams Belang, parti nationaliste flammand. Voila de quoi bousculer les clichés RESFiens !)

 

 

Jérôme BOUILLAUD

 

Goodbye Welcome, le retour …

La propagande bien-pensante n’en finit plus et n’épargne pas nos campagnes … Ciné Parc, un cinéma itinérant, arrose en effet ce mois-ci tout le Livradois-Forez avec le film « Welcome ». Le message y est clair : il faut soutenir l’immigration clandestine.

Pour parvenir à cette conclusion, « Welcome » analyse cette immigration sous un prisme individualisant et avec une grosse dose d’émotion naïve. Or l’immigration clandestine est tout sauf un phénomène d’ordre individuel. Ce sont au contraire des peuples entiers qui regardent l’Europe avec envie, à force de la leur présenter comme un Eldorado. Des générations entières dont la triste et unique ambition est d’abandonner leur terre. Conséquence : au bas mot, car chiffres officiels, 150.000 clandestins, soit une population de la taille de Clermont-Ferrand, pénètrent et s’installent durablement en France chaque année, essentiellement en provenance du continent africain. Mais cette immigration n’est bénéfique ni pour l’Europe, ni pour les clandestins eux-mêmes, ni pour l’Afrique : elle n’est pas bénéfique pour l’Europe, qui dans une situation de crise économique n’a déjà pas de travail à offrir à nos travailleurs ; elle n’est pas bénéfique à long terme pour les clandestins eux-mêmes, qui finiront tôt ou tard par être exploités par un patronat-voyoux ; enfin, cette immigration n’est pas bénéfique non plus pour le continent africain (et les pays émergeants dans l’ensemble) qui subit une forme de néo-colonialisme, incapable de retenir sa jeunesse et de se développer, car privé de ses élites.Et l’Europe encourage cet exode plutôt que d’aider concrètement le Sud à se développer et à pouvoir garder sa Jeunesse. Question d’idéologie universaliste pour les uns ; de gros sous pour les autres.

Alors les maîtres nageurs, faisant écho au personnage de Vincent Lindon dans le film, ont repris du service pour tenter de rétablir ces quelques vérités dans l’esprit des cinéphiles. Une douzaine de militants identitaires de Clermont-Ferrand était présent. A notre grande surprise, un groupe de militants immigrationistes (RESF 63) était lui aussi de la partie et nous a embarqué dans des discussions stériles à n’en plus finir. Il est étrange de constater comment ces gens, face à leur propres contradictions, pratiquent systématiquement le déni de réalité. Il n’y a pas plus d’étrangers en Europe aujourd’hui qu’il y a 20 ans nous a t-on dit … Nous n’étions pas là pour les convaincre de toute manière. Nous avons néanmoins noté qu’ils étaient disposés à débattre, déçus peut-être de n’avoir pas trouvé les fascistes qu’ils cherchaient.

Image de prévisualisation YouTube

Le combat que livrent les identitaires, c’est celui de la préservation de la diversité des peuples face à l’uniformisation, de l’enracînement face au mondialisme, afin que chacune puisse vivre dignement sur sa terre, maître chez lui. Nous souhaitons bien évidemment cela pour l’Europe. Alors en toute bonne foi, nous ne pouvons que le souhaiter réciproquement pour l’Afrique. Mais un militant du RESF, quant à lui,  nous l’a dit clairement :  l’identité des peuples d’Afrique, il s’en fout.

 

Jérôme BOUILLAUD

Hadopi : pour une fois, on est d’accord avec les Anarchistes !

 

Hadopi : pour une fois, on est d'accord avec les Anarchistes ! dans Actualites arton1272-1d074Le texte reproduit ci-contre provient d’un site d’anarchistes clermontois. Une fois n’est pas coutume, nous tombons d’accord sur la question de la loi Hadopi, et nous aprécions leur humour à ce sujet. Nous reproduisons donc celui-ci en en citant la source (nous …).

 

La loi Création et Internet™ à été votée, nombreux sont les lecteurs qui, inquiets d’être accusés à tort de se livrer à l’odieuse pratique du téléchargement illégal, nous écrivent pour exprimer leurs craintes. Athénéo du Puy de Dôme, s’associant au ministère de la Culture© pour promouvoir la liberté des Artistes™, propose aux bons internautes et en avant-première, un tutoriel simple les préparant à accueillir HADOPI® dans leurs foyers pour vivre enfin une existence paisible.

1. Formatez votre disque dur

Il est nécessaire, au préalable, de disposer d’un disque dur parfaitement vierge de toute influence gauchiste. Vous devez donc le formater.

 Attention ! Ne sauvegardez pas vos données personnelles ! Elles pourraient contenir des fichiers téléchargés illégalement par des hackers qui ont pris possession de votre PC. Et puis dans la vie, il faut savoir partir sur de nouvelles bases.

  • Utilisateur débutant

Insérez votre dévédé de Windows Vista® dans votre lecteur de dévédés (n’essayez pas le lecteur de disquettes : il semblerait que ça ne fonctionne pas selon les informations fournies par le ministère). Redémarrez votre ordinateur et entrez dans le BIOSSE (droite, gauche, carré, carré, rond, rond, R1, R2, reset). Boutez sur le dévédé.

Dans le menu qui apparaît, sélectionnez « invite de commandes », puis entrez :

format c :

Recommencez l’opération 3 ou 4 fois pour être sûr.

  • Utilisateur avancé

Démontez votre disque dur à l’aide d’une pince monseigneur (ou une perceuse pour les portables). Ouvrez le disque dur avec une scie à métaux, puis grattez soigneusement la surface des galettes avec vos ongles. Enlevez un ou deux composants pour rétablir le parallélisme, surtout des rouges. Aidez-vous d’un marteau pour refermer le tout hermétiquement.

  • Utilisateur très avancé, ou “superutilisateur”

Rachetez un disque dur et participez à la relance de l’économie numérique.

2. Réinstallez Windows Vista®

N’installez pas Linux. C’est gratuit. Or chacun sait que la création, ça n’est jamais gratuit. Donc si le téléchargement c’est du vol, Linux c’est de la prostitution.

Allez faire caca pendant l’installation : c’est long. Lisez Le Figaro®, ou si vous êtes muni d’un pot de chambre, installez vous confortablement devant la chaîne culturelle TF1®, notoirement en faveur de la loi HADOPI®.

 3. Désactivez votre logiciel antivirus

 Les logiciels antivirus sont étrangers, et ne sont donc pas adaptés à la spécificité culturelle Française. Ils pourraient gêner le fonctionnement de votre virus intégré de nouvelle génération HADOPI®.

 Il se peut que, suite à cette manipulation, un écran bleu apparaisse périodiquement (2 à 3 fois par jour). Ce problème mineur est réglé en reformatant le disque dur et en réinstallant Windows®.

 firewall2-332e9 dans Actualites4. Activez le firewall Open Office

 Pour une protection optimale, ouvrez Open Office Writer, et entrez la commande ci-contre.

 Fermez le programme sans enregistrer.

 5. Enfermez votre modem

 Idéalement dans une cage de Faraday© pour vous protéger de l’adolescent malveillant qui habite chez vous.

 6. Redémarrez votre ordinateur

 Débranchez la prise secteur 3 fois et rebranchez-la entre 5 et 7 fois.

 Et voilà !

 pc-2-d99b7Votre ordinateur est fin prêt à recevoir l’applet HADOPI® dans son cul.

 Il ne vous reste plus qu’à attendre de plus amples instructions du Gouvernement™

 

Jérôme BOUILLAUD

5 Mai 2009 – Conférence « Pour une Europe indépendante » -

Hier, mardi 5 mai 2009, deux responsables nationaux du courant identitaire ont tenu une conférence à Clermont-Ferrrand, sur l’invitation de Jérôme Bouillaud et de Claude Jaffrès, responsable des identitaires d’Auvergne, pour présenter les positionnements des identitaires quant aux différents enjeux européens, autour du thème : « Identité, Solidarité, Puissance : L’Europe que nous voulons ». Profitant de l’attention toute particulière portée à l’égard de l’Europe dans le cadre des élections de Juin prochain, les identitaires entament avec Clermont-Ferrand et Lille une série de réunions, de diners-débats et de 4 meetings rganisés en moins d’un mois dans plus d’une dizaine de villes françaises, dont Nantes, Nice, Bordeaux, Rouen, Nîmes, Strasbourg, Paris et Marseille.

 

http://www.bloc-identitaire.com/files/affiche_europeennes5.jpg

 

 

Devant un public d’une cinquantaine de militants et de sympathisants clermontois, Jorgi Roumégas, membre du bureau exécutif du Bloc Identitaire, et Olivier Pastre, l’un des responsables des identitaires du Languedoc, ont présenté leur vision de l’Europe, en rupture sur bien des points avec celle de la Droite nationale.

 

Les deux orateurs ont défendu l’idée d’une France des régions dans l’Europe des peuples, le principe de subsidiarité en matière de construction européenne, la nécessité de la sortie des pays européens de l’OTAN, et ont plaidé pour la  construction d’une une Europe fédérée et puissante, capable de faire contrepoids aux nouveaux empires et de jouer son rôle de point d’équilibre sur la scène internationale.

.4.jpg3.jpg

7.jpg5.jpg

21.jpg 11.jpg

Novopress vous donne la parole…

Novopress vous donne la parole : Que pensez-vous de la situation sociale ?

Crise économique et financière, restructurations, délocalisations, précarisation, séquestrations de patrons… Le 1er mai 2009 est intervenu dans un contexte très particulier.

Les correspondants de Novopress à Clermont-Ferrand sont allés demander aux habitants ce qu’ils pensaient de la situation sociale actuelle.

Les identitaires d’Auvergne étaient sur place.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Alexandre CHEVALIER

 

Conférence – Les Identitaires et l’Europe – Mardi 5 Mai

affiche5mai.jpg

Mais voui, ze crois que zé vu un identitaire …

Aujourd’hui, les anarchistes clermontois nous accusent sur leur blog d’être venus faire de la provocation lors de l’une de leur manif immigrationniste de ces derniers jours devant la préfecture.

pasaranquandmeme.jpg

Le gauchiste a cette tendance à voir de identitaires de partout par les temps qui courent. Nous n’y étions pas ! Patience, patience …

 

 Jérôme BOUILLAUD

 

1...1112131415

  • Album : 19-02-11
    <b>image1.png</b> <br />

Hélioparc, une bien sale hi... |
Point d'union des algériens... |
Site officiel de l'Hôtel de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lianejuridique
| revolutionblogger
| Non à la fermeture du CREPS...