Goodbye Welcome, le retour …

La propagande bien-pensante n’en finit plus et n’épargne pas nos campagnes … Ciné Parc, un cinéma itinérant, arrose en effet ce mois-ci tout le Livradois-Forez avec le film « Welcome ». Le message y est clair : il faut soutenir l’immigration clandestine.

Pour parvenir à cette conclusion, « Welcome » analyse cette immigration sous un prisme individualisant et avec une grosse dose d’émotion naïve. Or l’immigration clandestine est tout sauf un phénomène d’ordre individuel. Ce sont au contraire des peuples entiers qui regardent l’Europe avec envie, à force de la leur présenter comme un Eldorado. Des générations entières dont la triste et unique ambition est d’abandonner leur terre. Conséquence : au bas mot, car chiffres officiels, 150.000 clandestins, soit une population de la taille de Clermont-Ferrand, pénètrent et s’installent durablement en France chaque année, essentiellement en provenance du continent africain. Mais cette immigration n’est bénéfique ni pour l’Europe, ni pour les clandestins eux-mêmes, ni pour l’Afrique : elle n’est pas bénéfique pour l’Europe, qui dans une situation de crise économique n’a déjà pas de travail à offrir à nos travailleurs ; elle n’est pas bénéfique à long terme pour les clandestins eux-mêmes, qui finiront tôt ou tard par être exploités par un patronat-voyoux ; enfin, cette immigration n’est pas bénéfique non plus pour le continent africain (et les pays émergeants dans l’ensemble) qui subit une forme de néo-colonialisme, incapable de retenir sa jeunesse et de se développer, car privé de ses élites.Et l’Europe encourage cet exode plutôt que d’aider concrètement le Sud à se développer et à pouvoir garder sa Jeunesse. Question d’idéologie universaliste pour les uns ; de gros sous pour les autres.

Alors les maîtres nageurs, faisant écho au personnage de Vincent Lindon dans le film, ont repris du service pour tenter de rétablir ces quelques vérités dans l’esprit des cinéphiles. Une douzaine de militants identitaires de Clermont-Ferrand était présent. A notre grande surprise, un groupe de militants immigrationistes (RESF 63) était lui aussi de la partie et nous a embarqué dans des discussions stériles à n’en plus finir. Il est étrange de constater comment ces gens, face à leur propres contradictions, pratiquent systématiquement le déni de réalité. Il n’y a pas plus d’étrangers en Europe aujourd’hui qu’il y a 20 ans nous a t-on dit … Nous n’étions pas là pour les convaincre de toute manière. Nous avons néanmoins noté qu’ils étaient disposés à débattre, déçus peut-être de n’avoir pas trouvé les fascistes qu’ils cherchaient.

Image de prévisualisation YouTube

Le combat que livrent les identitaires, c’est celui de la préservation de la diversité des peuples face à l’uniformisation, de l’enracînement face au mondialisme, afin que chacune puisse vivre dignement sur sa terre, maître chez lui. Nous souhaitons bien évidemment cela pour l’Europe. Alors en toute bonne foi, nous ne pouvons que le souhaiter réciproquement pour l’Afrique. Mais un militant du RESF, quant à lui,  nous l’a dit clairement :  l’identité des peuples d’Afrique, il s’en fout.

 

Jérôme BOUILLAUD


  • Album : 19-02-11
    <b>image1.png</b> <br />

Hélioparc, une bien sale hi... |
Point d'union des algériens... |
Site officiel de l'Hôtel de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lianejuridique
| revolutionblogger
| Non à la fermeture du CREPS...